Sokutsu
Accueil du site > Actions > Shoot Them Up > Gundam Seed > Kidou Senshi Gundam Seed

Mechanoide

Kidou Senshi Gundam Seed

Mobile Suit Gundam

lundi 5 avril 2004, par Areyos Alektor

Première adaptation en jeu vidéo de la série, il met à l’honneur la petite portable de Bandai. Comportant quelques bonnes idées il transforme ce qui pourrait être un vulgaire jeu de tir sans saveur en un titre qui devrait ravir les fans de l’anime, et de shoot.

J’avais déjà parlé des Gundam lors du test de Mobile Suit Gundam : E.F.F. VS Zeon DX.

La série se déroule sur 50 épisodes de 25 minutes chacun, et a débutée le 5 octobre 2002 pour se terminer le 27 septembre 2003. Elle doit être diffusé sur Cartoon Network à partir du 17 avril (2004).

La direction de l’anime a été tenu par Mitsuo Fukuda (Gear Fighter Dendô, Shin seiki GPX Cyber Formula), tandis que le Character Design est de Hisashi Hirai (s-CRY-ed, Mugen no Ryvius ...), le Mecha Design est de Kimitoshi Yamane (Bubblegum Crisis, Vision d’Escaflowne, Cowboy Bebop : Knockin’ on Heaven’s Door, le jeu Shadow Squadron de Sega ...) et Kunio Okawara.

Il y a eu plusieurs génériques de début et de fin :

Générique de début :

-1 : "Invoke" chanté par T.M. Revolution (épisode 1-13)

-2 : "Moment" chanté par Vivian or Kazuma (épisode 14-26)

-3 : "Believe" chanté par Nami Tamaka (épisode 27-40)

-4 : "Realize" chanté par Nami Tamaka (épisode 41-50)

Générique de fin :

-1 : "Anna Ni Issho Datta No Ni" chanté par See-Saw (épisode 1-26)

-2 : "River" chanté par Tatsuya Ishii (épisode 27-39)

-3 : "Find The Way" chanté par Mika Nakashima (épisode 40-50)

  • L’histoire :

Se passant dans un univers alternatif, tout en se présentant comme un remake de la première série, il se déroule en CE70 du calendrier local (Cosmic Era). L’histoire dépeint l’affrontement entre 2 nations qui sont constitués des Normaux pour la Earth alliance et des Coordinateurs pour la ZAFT (Zodiac Alliance of Freedom Treaty). Les coordinateurs sont des être modifiés génétiquement. Le conflit provient de frictions économiques qui ont créés un climat de tension. La guerre a été déclaré après un acte odieux de la part de la Earth Allance qui a anéantit la colonie de Junius 7, qui portera le nom de Bloody Valentine. La Earth Allance pensait gagner la guerre rapidement ce qui ne fut pas le cas. Ils décidèrent donc de créer de nouveaux Mobile Suit afin de mener le conflit à son terme, et surtout en leur faveur.

L’histoire (du DA et du jeu) débute lorsque ces nouveau GUNDAM ont été conçu sur la colonie neutre d’Heliopolis et doivent être acheminer sur la terre. Seulement voilà, la ZAFT a été mise au courant de la mise au point de ces nouvelles armes, et décide donc de s’en emparer. Leur mission d’infiltration et de vol est finalement une réussite, à un détail prêt : sur les lieux se trouvait un jeune Coordinateur nommé Kira Yamato. N’ayant aucunes préférences au niveau du camp, il faut se rappeler qu’il vit sur Heliopolis et que ses habitants sont contre la guerre, il se trouvera plus ou moins enrôler de force par la Earth Allance afin de sauver ses amis. Son habilité de Coordinateur lui permettra de reconfigurer l’OS du Strike GUNDAM et de pouvoir contrer l’assaut de la ZAFT. Ils réussiront quand même à voler 4 des 5 GUNDAM. Kira fut épargner grâce à l’intervention de l’Archangel ...

  • Les personnages :

Kira Yamato

Murrue Ramius

Athrun Zala

Mu La Flaga

Rau Le Creuset

Lacus Clyne

  • Système

Le jeu suis scrupuleusement le scénario émanant de la licence au travers de ses 8 stages. Vous y pilotez le GAT-X-105 Strike GUNDAM, à savoir le Gundam (General Unilateral Neuro-link Dispersive Autonomic Maneuver) attitré de Kira. Et évidemment on y retrouve l’affrontement non voulu entre Kira et son ami d’enfance : Athrun Zala. Le jeu se concentre en toute logique sur les combats, mais l’ensemble est néanmoins scénarisé, ce n’est pas un bête enchaînement de tableau.

Tout au long de l’avancement des mini scènes viendront égailler la partie tout comme c’est le cas dans Spriggan Mark 2 sur PC Engine. Certains n’apprécieront pas forcément ce qui pourrait être considéré comme un élément perturbateur venant casser le rythme de l’action, mais il ne faut tout de même pas oublier que l’on est fasse à une adaptation d’un dessin animé. Le jeu étant avant tout destiné aux fans, il est normal de retrouver une intégration de celui-ci au sein de ce titre comme c’était le cas pour Choujiku Yousai Macross 2036 sur PC Engine et Macross - Do You Remember Love sur Saturn.

L’armement dépend du pack qui vous équipe (Aile Striker, Launcher Striker ou Sword Striker). Le contrôle est simple avec les boutons X vous dirigez le mecha, qui d’ailleurs se tournera vers la droite ou la gauche en fonction de votre mouvement (et son tir de même). Les boutons A et B permettent d’utiliser les armes, si vous continuez d’appuyer sur le bouton d’attaque choisi cela concentrera la puissance de l’arme pour une attaque plus dévastatrice. Le bouton Y3 sert à utiliser la P.S. Armor (PhaseShift Armor) qui permettra d’encaisser des coups tant qu’il vous reste de l’énergie, quant au bouton Y4 il est utilisé pour les 2 Positron Blaster Gun de l’Archangel. Les déplacement sont fluides, rapides et précis. Il est donc possible d’éviter les tirs ennemis pour slalomer entre eux, mais vu la vitesse de l’action cela demandera tout de même une bonne dextérité malgré que les commandes répondent au doigt et à l’œil.

Outre les possibilités d’actions qui sont suffisamment nombreuses et variées pour ne pas rendre le jeu monotone, une des particularités du système est la possibilité d’améliorer l’O.S. du Gundam tout comme le fait Kira dans l’anime. C’est en toute logique une idée très intéressante puisque cela à un impact direct sur le jeu. C’est un point important car on se retrouve face à la personnalisation du mecha même si cela reste limité. Vous gagnerez des Stock Points que vous pourrez répartir sur 4 paramètres :
- Attack Power
- Energy Drain
- Boost Power
- P.S. Armor (PhaseShift Armor) Ce qui est tout aussi intéressant c’est de pouvoir régler la balance dans chacune des parties (attaque ou défense) à sa guise entre chaque stage.

Le jeu permet de sauvegarder son avancement, il permet de reprendre à partir du dernier stage atteint mais aussi de conserver ses points et son score. Vous aurez donc un menu qui vous permets de commencer une nouvelle partie, sauvegarder ou continuer à l’écran titre. En cours de jeux vous ne pouvez plus recommencer une partie, à la place vous retrouvez la customisation de l’O.S.

A l’écran est affiché différentes informations qui vous permettrons de connaître l’état de votre Gundam et celui de votre adversaire. Il s’agit de la barre de vie et juste en dessous de la barre d’énergie. En plus des scénettes vous serez confronter à des events qui vous placeront à l’intérieur du cockpit sous forme de QTE, c’est à dire qu’il faudra appuyer au bon moment sur un bouton d’action (un viseur se déplace à l’écran).

Une fois le jeu terminé il est possible de le recommencer avec les 4 autres Gundams (Duel, Buster, Blitz et Aegis).

  • réalisation

Au niveau du visuel le jeu se permet une bonne finesse donnant une bonne impression de grandeur aux décors. Cela permet aussi d’avoir une marge de manœuvre suffisamment large à l’écran pour pouvoir réellement se mouvoir comme il se doit. Les graphismes sont détaillés aussi bien pour les décors, les sprites, les effets que les différentes interventions (artworks, fenêtre de dialogue, events ...). Les couleurs ne sont pas en reste puisque l’on retrouve la marque de fabrique de l’anime. C’est moins impressionnant que Run=Dim mais c’est d’autant plus utile puisque le challenge est plus intéressant.

Mais aussi que l’animation y gagne, en effet si les 2 jeux sont aussi rapide Run=Dim à malheureusement des ralentissements réguliers alors qu’ici il n’y en a pas un seul. Les animations sont nombreuses et correctement réalisées. On retrouve un parallaxe pour le scrolling, mais par contre pas de multidirectionnel. En fait le décor est juste là pour égayer puisque l’action est concentré sur ce que vous voyez à l’écran. Les effets sont bien présent même si cela reste assez classique, avec en plus du multi fenêtrage lors des interventions.

La bande son est sans reproches, on retrouve différents thèmes du dessin animé dont le générique. C’est assez bien reproduit même si cela est loin de la démonstration de force de Beatmania en la matière, mais la cartouche n’étant pas de la même taille et le jeu pas du même genre on ne lui en tiendra pas rigueur. Les bruitages sont directement repris de l’anime, ce qui confère un bon point à l’ambiance.

Le gameplay est riche et intéressant, mais surtout le contrôle est impeccable. L’action se déroule à toute vitesse, avec des ennemis bien agressif surtout en ce qui concerne les Gundams. Il n’y a rien à redire de ce coté là si ce n’est que votre dextérité est mise à rude d’épreuve puisque comme rarement c’est plus de 2 boutons d’actions qui sont utilisés, et le challenge se montre à la hauteur.

P.-S.

Techniquement le jeu exploite bien la machine mais s’il ne présente rien d’extraordinaire, on appréciera toutefois de retrouver les visuels et le son de l’anime. Le système de jeu est riche et intéressant même si l’essentiel reste assez répétitif comme n’importe shoot digne de ce nom. La scénarisation, la customisation du gundam, et les events enrichisse le jeu à merveille ce qui en fait au final un bon cru aussi bien pour les fans du DA que de Shoot Them Up. La durée de vie est loin d’être négligeable de par sa longueur et sa difficulté plutôt corsé, surtout qu’une fois finit s’offre à vous la possibilité de le recommencer avec les autres GUNDAM.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0