Sokutsu
Accueil du site > Actions > Beat Them All > Ninja Gaiden > Ninja Gaiden - Demo Disc

Ryu Hayabusa

Ninja Gaiden - Demo Disc

Ayane

mercredi 17 mars 2004, par Areyos Alektor

Le jeu est enfin disponible, pas partout je vous l’accorde puisqu’il n’est sorti pour l’instant qu’aux USA (2 mars) et au Japon (11 mars). Peu avant sa sortie une démo jouable du premier niveau a été distribuée en grand volume. Je vous propose aujourd’hui de la découvrir en attendant un test complet. Je l’ai obtenu avec le Famitsu-XBOX Ninja Gaiden Special, il faut noter toutefois que les dialogues et textes sont en anglais, et peuvent être sous-titré si le cœur vous en dit.

La démo est à l’intérieur d’un boîtier XBOX classique, d’ailleurs la Jacquette est basée sur celle de la version américaine du jeu. On notera juste la présence d’un encart indiquant DEMO DISC. Si vous patientez à l’écran titre, une vidéo s’affichera par la suite et vous permettra d’avoir une bonne idée de ce qui vous attend dans la version finale. Une fois le jeu lancé (après avoir choisis entre difficulté normale ou difficile), une vidéo en qualité que l’on est en droit d’attendre d’un DVD vous narre les bases de l’histoire.

Un menu d’options vous permet de configurer comme bon vous semble de nombreux paramètres. Vous pourrez y voir le temps de jeu, de choisir en anglais ou en japonais pour les menus, d’afficher le sous-titrage et de choisir le pays (France comprise). Il est à noter que dans la démo le menu audio n’est pas accessible. Dans la partie dédiée à la manette vous pouvez régler les boutons comme bon vous semblera, d’utiliser les vibrations ou non, et de régler en mode normal ou inverse pour les mouvements de la caméra et quand vous nagerais (pas présent dans la démo). Dans la partie dédiée vidéo, vous pourrez régler le contraste et si elles doivent s’afficher en 16/9 ou non.

Outre le fait que le moteur de Dead or Alive 3 a été utilisé pour la réalisation, il est aussi présent pour le gameplay. On retrouve donc un contrôle très proche de ce jeu de baston en 3D, avec toutefois de notables différences comme le fait que les sauts est une véritable interaction avec le décor. En appuyant sur START vous pourrez choisir les armes utilisées, profiter des items, ... mais aussi visionner toutes les techniques et combos réalisables, et ceux en fonction de l’arme et du Ninpo.

Le premier niveau fait office de tutorial qui permettra de se familiariser avec les commandes. En particulier avec les sauts qui tiennent ici une place non négligeable. Le simple fait de sauter vers un mur amènera Ryu (le ninja de service) à escalader celui-ci, si c’est possible. Après se présente à lui (et donc à vous) plusieurs choix :

- soit il peut l’escalader d’une traite et on en parle plus

- il y a une corniche (ou corde ...) sur laquelle il peut s’agripper et s’y déplacer à la force des bras.

- il peut courir le long du mur (dans le même style que Prince of Persia)

Tout ce fait de manière automatique, vous pouvez par contre re sauter de nouveau tant qu’il est en contact avec le mur. Cela peut permettre par exemple de monter entre 2 parois qui sont de proche distance. Il y a parfois aussi des éléments auquel il peut s’agripper comme une branche, de là il s’en sert comme d’une barre fixe il vous revient donc de le faire sauter au bon moment pour l’amener sur la plate-forme opposée à vous.

Le saut n’est pas le seul élément du maniement, heureusement car en plus des déplacement et de ses derniers il vous est possible de réaliser différents mouvements. Sans rien faire de particulier mis à part appuyer sur le bouton idoine, le ninja peut :

- parer - trigger gauche, particulièrement utile notamment contre les ninjas blanc et leurs shurikens, ou pour contre attaquer. Il est par exemple possible de parer un coup et de contourner l’adversaire qui vous a frappé.

- frapper - bouton A, attaque de base. Elle sert à utilise les armes de mêlée comme la Dragon Sword, le Vigoorian. Flail ou le Dalibahro.

- utiliser son attaque spéciale - bouton Y, plus puissante mais aussi plus lente que l’attaque de base. Il est possible de concentré de l’énergie en laissant appuyant le bouton, dépend de l’arme.

- utiliser les projectiles - bouton B, vous avez en autre les Shurikens, les Shurikens explosifs et l’arc.

De nombreux coups et enchaînements différents sont possibles à l’aide de combinaisons de touches, simple pour certaines et plus complexe pour d’autres. Par exemple en appuyant sur A et X en même temps pour effectuerait le Wind Run. En appuyant sur Y et B en même temps cela lui fera utiliser le Ninpo (Ninja Power). Il est symbolisé par les petites flammes sous la barre de vie, au début vous ne pouvez l’utiliser que 2 fois. Le trigger droit sert à recentrer la caméra. Le bouton noir affiche la carte à l’écran. Le stick gauche permet de contrôler Ryu tandis que le stick droit contrôle la vue à la première personne.

Lorsque les adversaires sont vaincues ils libèrent des sphères d’énergie qui peuvent être de plusieurs couleurs. Les bleues permettent de récupérer de la vie, et les jaunes qui servent dans le magasin qui n’est pas visible dans la démo (il y en a une autre, la rouge, mais je ne m’étendrais pas dessus car je ne l’ai pas vu dans la démo). Les sphères de couleurs interviennent avant tout sur les habilités (skill) du personnage. Sont aussi présent des amulettes, mais il n’y en a pas dans la démo.

Si la démo est relativement courte, elle offre suffisamment de choses à se mettre sous la dent. On peut se rendre contre de la souplesse dont fait preuve Ryu, et du nombre de mouvements qui lui est possible de réaliser. Mais c’est surtout l’exigence envers le joueur qui surprend. Si les premiers affrontements sont léger, dès lors où on met les pieds dans la forteresse ninja on se rend compte que le jeu ne fera pas de concessions. Les ennemis sont nombreux, et agressifs. Voir sa barre de vie diminuer à grand pas n’aura rien de surprenant si l’on n’y prête pas attention. Heureusement des items seront disséminés un peu partout. Il faudra veiller à ne pas les louper, quelques énigmes viendront enrichir le level design déjà bien conséquent dans sa richesse et sa qualité. Le jeu est violent, on est plus proche d’un Berserk que d’un Dynamite Deka. Pas seulement par l’intensité de l’action et le nombre d’ennemis à tuer, mais surtout par son visuel et son style. De l’hémoglobine il y en par hecto litres, tout comme les décapitations. Par contre, contrairement au titre de Yuke’s, il n’y a pas de nettoyage à faire dans la zone en cours. Il est donc possible de passer son chemin et d’éviter l’affrontement. Mais je ne suis pas sur que se soit pertinent étant donné que l’évolution du personnage en dépend.

Sur le plan technique le jeu en met plein la vue grâce à un rendu impeccable qui met bien en valeur les atouts de la machine. Il se montre plus impressionnant que DOA3 par le fait de son interaction plus poussée et que l’on puisse se déplacer librement dans les niveaux. Ce qui est regrettable c’est qu’il ne l’ai pas été d’avantage. En effet ce qui transparaît dans cette démo c’est que visuellement le jeu est figé. S’il y a bien quelques éléments qui peuvent être brisé (déjà présent dans DOA) mais cela n’a aucunes incidences sur le déroulement. On citera par exemple le fait de patauger dans l’eau avec certes quelques éclaboussures mais le personnage donne plus l’impression de glisser dessus qu’autre chose (le bruit lui est bien notable), les torches qui n’ont pas de lien avec l’éclairage ... Ce ne sont peut être que détails mais après avoir joué à Otogi on aurait pu espérer que cela deviendrait plus courant de voir ce genre d’éléments intégrés. Si on tombe de haut il n’y a pas de dégâts occasionnés.

Le gameplay est très travaillé, avec une grande richesse de mouvements et d’interactions au niveau des combats, je trouve néanmoins qu’il y a un léger manque de précision dans le contrôle comparé à l’exigence envers le joueur. Du même ordre, la gestion de la caméra est perfectible, du même niveau que pour Magatama. Il faut sans cesse la recentrer sous peine d’avoir un champs de vision inadéquate et obstrué par le décor. C’est plus présent dans les intérieurs que les extérieurs, on sent bien que c’était prévu pour un jeu de baston à l’origine, donc à base de plan large. Ce ne sont pas des défauts qui gâcheront le plaisir éprouvé face à ce titre, mais étant donné qu’il a été maintes fois repoussés et que la concurrence est assez présente il est normal de le signaler. Il est à noter que des points de sauvegardes sont répartis tout le long du jeu, mais sont inutilisable dans la démo. Les passages en textes m’ont fait fortement penser à Otogi, avec une bande son toute aussi classieuse. Le 5.1 est évidemment de la partie, avec des bruitages et un doublage de qualité qui ravira les fans du genre.

P.-S.

Au final

La démo m’a fortement donné l’envie de voir plus loin, ne serait ce que pour la qualité et l’intensité des combats qui sont probablement ce qui se fait de mieux en la matière. Du moins au départ, car il n’est pas possible de se fonder un véritable avis sur seulement 1 niveau surtout que celui-ci ne sert que d’introduction. Je parle d’exigence à plusieurs reprise parce que la difficulté n’est pas plus élevé que ça mais que le moindre faux pas est méchamment sanctionné. Le système, par ailleurs, demande un minimum de pratique avant de révéler toute sa force. Quant on pense qu’il ne s’agit même pas du début de l’aventure il y a de quoi se poser moult questions. Surtout que de nombreux éléments sont fournis dans le Famitsu dédié. Je ne préfère pas m’étendre dessus et préfère plutôt y revenir lors du test afin de le faire en longueur, et surtout de manière concrète (entre le lire et le faire il y a une marge ;-) ). La conclusion qui en ressort à la suite de cette démo c’est que le jeu est à la hauteur des espérances mais qu’il n’est pas "parfait", jouer sur la longueur changera peut être mon point de vue en positif ou en négatif. Il reste le fait que toute la richesse du jeu ne se montrera que dans la globalité, après tout il ne s’agit que qu’une démo.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0