Sokutsu

Tenpi

Total Eclipse

Shûgekisha

mercredi 3 mars 2004, par Areyos Alektor

Ce titre utilise le même moteur de jeu que Crash’n Burn sauf qu’ici il s’agit d’un shooting game et qu’il fait preuve d’une plus grande souplesse que l’on doit à la plus grande liberté de mouvement.

Au lancement du jeu, outre le menu vous aurais le plaisir de retrouver une vidéo assez sympathique d’annonce de jeux qui devait sortir sur 3DO.

Le jeu

Des cinématiques sont distillés entre les niveaux pour faire suivre le scénario qui vous est compté dans l"intro du jeu : une race alienne nommée les Drak-Sai a décidé d’en finir avec la race humaine. Ils veulent plus particulièrement détruire le soleil à l’aide d’une arme appelée le Sun Dagger. Vu le peu de temps laissé pour une réaction massive il est décidé d’envoyer un seul vaisseau pour contrecarrer leur plan, et devenez sur qui ça tombe ?

On est ici face à une production en 3D, où le visuel et le déroulement se passe comme tel : la vue est placé en arrière du vaisseau, celui-ci se trouve au centre de l’écran, et vous permet de vous mouvoir dans tout les sens. Sauf que vous ne pouvez pas faire demi-tour. Le scrolling est forcé mais vous avez tout de même la possibilité d’accélérer ou ralentir. Afin de vous déplacer à l’intérieur des décors, les commandes permettent de monter et descendre, de tourner vers la droite ou la gauche, ainsi que de tourner sur vous même (un roulement sur le coté, et non pas un looping, à 360 °) ce qui à pour effet de faire tournoyer (le mouvement est libre) autour de vous le décor dans le sens choisit.

Se déplacer et esquiver c’est bien utile, mais pouvoir riposter c’est tout aussi pratique. Pour ce faire vous pouvez utiliser une arme ou des bombes. Votre vaisseaux est protégés par un bouclier énergétique qui va encaisser les coups à votre place. attention toutefois car une fois celui-ci détruit le moindre tir ou choc suffira à vous envoyer embrasser la mort. Ce qui ne facilite rien c’est que son niveau de puissance va diminuer avec le temps. Afin de prolonger la durée de vie du bouclier, et donc de la votre par la même occasion, détruire des ennemis le rechargera. Cela vous obligera à détruire un maximum d’adversaire malgré le risque en retour d’être percuter par des tirs.

Pour collecter de nouvelles armes, des bombes (3 maximums), ou augmenter votre puissance différents items sont répartie à l’intérieur des niveaux. Ils sont entourés d’un cercle, pour les récupérer il suffit de passer au milieu. Pour toutes les armes il y a trois niveau de puissance (le niveau ne change pas si vous changez d’arme).

Même si le scrolling est forcé les niveaux sont suffisamment large et bien conçu pour vous permettre un minimum de liberté et suivre différents chemin. Cela apporte une grande souplesse dans le déroulement et permet une plus grande différenciation avec les passages dans les tunnels. Certains round sont de véritables labyrinthes (attention au cul de sac).

Pour chaque tableau correspondra un objectif à attendre, mais ceux-ci ne s’avéreront pas indispensable pour finir le jeu. Ils rajoutent du piment mais la partie essentiel dans le déroulement est d’éviter les tirs et détruire les ennemis pour attendre le point de sortie. Il est représenté par une sorte de téléporteur avec un faisceau bleuté légèrement transparent. Attention à ne pas le louper sinon vous irez vous écraser directement sur le décor. Quand les missions sont remplies vous accéder à un nouveau grade. Les tableaux sont réparties sur quatre zones principales (et une cinquième en guise de fin), ayant chacune leur particularités. Chacun des tableaux est découpés en round (il y en a 20 en tout), correspondant à des secteurs. Pour relier chaque secteur il y a des tunnels, à l’intérieur de ceux-ci vous ne pourrais pas tourner sur vous même.

Les tableaux sont très bien conçu avec un design level de qualité où l’on doit sans cesse anticiper en suivant le radar situé en haut qui vous indiquera les parois (en blanc)et les passages (en gris) Il vous faudra régulièrement ralentir et accélérer notamment dans les tunnels ou les passages de slalom. Les vies peuvent paraître nombreuses étant donné que vous en avez 6 par continu, et que ces derniers vous en avez 3 en tout mais la difficulté n’est pas aisé et à la moindre inattention ou fausse manœuvre vous avez vite fait d’exploser, et vite est le terme qui correspond bien car le jeu l’est, rapide. Cela se sent surtout dans les tunnels qui regorge de piéges en tout genre, dans un espace assez serré avec à certains endroit des boosts qui pendant un temps vous ferons aller encore plus vite !

En haut à gauche vous est indiqué l’arme en cours et son niveau. Après on retrouve le score et le nombre de bombes, une jauge qui vous indique votre altitude, le radar, puis l’état de votre bouclier et le nombre de vies qu’il vous reste. La croix sert à vous dirigez, avec le HAUT qui sert à descendre et le BAS qui sert à monter, le bouton X vous permettra d’utiliser les bombes, le bouton P est utilisé pour valider et mettre le jeu en pause, le bouton A permet d’accélérer contrairement au bouton C utilisé lui pour ralentir, le bouton B sert à tirer (en le laissant appuyer vous aurais les tirs continus), quant aux triggers ils servent pour la rolling.

La technique

Comparé à Crash’n Burn le style visuel se montre complètement différent malgré l’utilisation de vidéos et de la 3D. En effet ici les acteurs son virtuels, on échappe donc aux guignols amateurs de leur précédent titre. Lors de la sortie du jeu c’était assez réussi de ce coté là, et cela montrait bien une volonté de produire quelque chose de convaincant. Utilisant des rendus de synthèse c’était bien fait par rapport aux productions que l’on peut trouver sur cette génération de console mais cela a méchamment vieillit surtout quant on sait que les moteurs 3D temps réels des titres de maintenant font bien mieux. Le design dans l’ensemble est très classique mais aussi très efficace. Le tout est relayé par une modélisation qui met ne mettra pas la console en pâture aux lions. C’est détaillé au niveau des décors avec des ennemis assez bien reproduits au niveau des modèles. Ca va de pair avec des textures un peu répétitive à l’intérieur des round mais assez agréables, détaillées et variées dans la globalité. Le visuel ne se limite pas à ça puisque l’on notera la présence de jolis effets de transparence et la présence d’un effet de désintégration pour les ennemis bien bluffant, évidemment présents les tirs/explosions et autres classiques du genre.

L’animation ne présente rien de spécial car il n’y a pas d’animations à proprement parlé à par le scrolling, les déplacements du vaisseau, le mouvement des vaisseaux et les tirs, ainsi que les explosions. Vous me direz c’est déjà pas mal surtout vu la fluidité et la rapidité du jeu (24 images par secondes) mais que se soit le décor ou les ennemis c’est complètement statique. Les boss quant à eux sont plutôt impressionnant dans l’ensemble.

Les musiques sont assez proche de ce que l’on peut entendre dans le genre sur PC Engine, un mélange de musique électronique et de riff de guitare couplé à différents instruments (comme du saxo). Sans être extraordinaire elles s’avèrent appropriées et agréables. Ce qui ne gâche rien c’est le fait qu’elles ne sont jamais coupées même lors de chargements. Les bruitages sont suffisamment variés et réussi, le doublage est loin d’être mauvais et le rendu en Dolby Surround. C’est de loin la partie de la réalisation qui à le moins vieillie.

Le gameplay est intéressant et plutôt bon mais il a regretter que les mouvements du vaisseau ne soit pas plus précis. Vu la rapidité ils se font trop par à coup. Rien de méchant mais c’est parfois gênant. De plus par moment le décors est caché mais toujours pris en considération, gare aux collisions par inadvertance.

P.-S.

Au final

S’il n’est pas le meilleur shoot de tout les temps il avait surtout pour lui une réalisation de haut niveau et l’apport de la 3D temps réels que se soit pour la réalisation ou l’architecture. Les failles se situent au niveau du gameplay qui manque de précisions (au niveau du contrôle mais aussi de la caméra par rapport aux collisions avec le décor). Néanmoins il ne faut pas bouder son plaisir pour autant car le jeu s’avère plaisant avec une bande son qui rythme bien l’ensemble, même si ce titre accuse les ans (une décennie mine de rien).

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0