Sokutsu
Accueil du site > Actions > Shoot Them Up > Run=Dim > Run=Dim as Return to Earth

Mechanoide

Run=Dim as Return to Earth

Jeu de tir

mercredi 4 février 2004, par Areyos Alektor

A ma connaissance il s’agit du dernier (dans tout les sens du terme) titre de cette société, toujours basé sur leur licence maison à savoir Run=Dim. Il est aussi leur premier jeu d’action, et chose plaisante il s’avère être un Shoot Them Up ce qui fait de lui le premier du genre sur cette console.

RUN=DIM

Pour ceux et celles qui voudraient en savoir plus je vous invite à lire mon article Dreamcast dédié au SLG sorti sur cette machine, en attendant un article dédié à la série.

Le jeu reprend l’histoire du DA, on retrouve donc les 2 principaux personnages de l’histoire à savoir Kazuto qui pilote un Ultra Run=Dim de couleur bleu et Kanna qui pilote un I-RA de couleur blanche. Mis à part le design légèrement différent du mecha (et la couleur dominante) cela ne change strictement rien dans le déroulement et en cours de jeu.

Le jeu

Ce qui frappe d’emblée c’est la taille de la boite assez inhabituelle pour cette console. Il faut dire qu’en plus du jeu et de sa notice vous est offert une petite maquette de mecha à monter. Il y a 2 modèles différents correspondant à ceux des 2 principaux protagonistes de l’histoire.

La deuxième chose qui surprend c’est le design, en effet il est plutôt typé manga classique au différent des autres titres (et donc de la série) qui s’ils ont un look manga ont eux un rendu en images de synthèse. La seconde chose à savoir sur ce design c’est que tout est en SD. L’avantage c’est de pouvoir faire de gros éléments bien lisible sur une portable et de donné un coté attachant. Bon attention toutefois l’image de synthèse restent présent. Mais il faut remarquer que c’est nettement moins froid et plus intéressant que ce coté typique que l’on retrouve dans bon nombre de titres coréens (une bonne partie des jeux GP32 par exemple).

Le jeu démarre par une petite introduction plus que sympathique qui donne d’office le niveau de la réalisation, cela permet aussi de présenter les 2 héros. Après cela vous aurez le classique écran de titre, puis forcément (si vous avez suivis ;-) ) le choix du personnage (et donc de son robot). Il est à noter que vous n’aurez ici pas de nombre de vies, mais une barre d’énergie. Une fois celle-ci consumée vous avez perdu la partie, donc le score en restera là. Vous pouvez après choisir de continuer la partie (6 fois) mais dans ce cas avec une remise à zéro du score. Si vous choisissez d’arrêter vous pouvez enregistrer votre score. En toute logique lorsque le dernier continue est utilisé vous avez le Game Over et la fin de la partie (avec le score). Pour faire les choses bien, une mémoire interne à la cartouche est présente ce qui fait que vous pouvez éteindre sans peur votre console (elle conservera les 5 meilleurs scores, avec le numéro du stage correspondant).

Ce que je ne vous ai pas encore dit c’est que nous sommes face à un scrolling horizontal qui vous fera traverser 6 stages. Chacun d’entre eux à sa raison d’être mais surtout plus intéressant son propre environnement. Et pour ne rien gâcher ils seront eux même découpé en 2 partie, cela fait donc 12 sous-parties avec un environnement propre. C’est varié et dépaysant au possible ce qui apporte une bonne touche de fraîcheur au titre. A la fin de chaque stage vous retrouvez comme le veut le genre un boss de fin qui se montrera plus coriace et retors que les autres ennemis (les 2 derniers stages, et notamment leur boss, sont particulièrement réussi à tout point de vue).

Pour pouvoir se débarrasser des ennemis vous aurez au départ un tir double. Si vous avez la possibilité d’appuyer comme un forcené, vous pouvez tout aussi bien laisser appuyer sur le bouton pour utiliser le tir automatique. Si en général ce n’est pas forcément intéressant, sur une portable c’est agréable car cela évite une fatigue trop rapide du pouce (je ne trouve pas les portables adaptées à ce genre de jeux, sauf peut être la PC Engine GT). Comme je le disais un peu avant vous avez un tir de départ, auquel peut se joindre des missiles tirés automatiquement. Ces missiles sont de 2 types :
-  à direction horizontale
-  des bombes qui iront en diagonales (avant, bas droite)

Pour les obtenir il faut prendre une option particulière en forme de missile, ayant une direction vers l’avant ou vers le bas à droite. Ils sont à l’infinis et si vous reprenez la même option vous passerez à 2 missiles à la fois. Dans la même optique vous pouvez augmenter le nombre de tir de base (à 4, 6 ou 8) avec l’option adéquate. Une autre arme vous est proposée à la place de l’arme de base. Cette option vous offres des tirs sous forme de boules. Si au départ elles sont tirées 1 par 1, en reprenant l’option idoine elles passeront à 2, 3 ou 4. Il est à noter que lorsque vous changez l’arme principale ou le type de missile celui-ci retourne à son état primaire (donc 1 tir ou 1 missile à la fois). Pour l’instant je n’ai parlé que du bouton de tir, mais en fait le jeu se sert de 2 boutons d’actions en plus des directions (bas, haut, gauche et droite). Le second bouton sert à utiliser l’attaque spéciale (identique pour les 2 robots). Si elles sont au nombre de 2 au départ vous pouvez en avoir plus en récupérant l’option dédiée (3 maximums). Cette attaque touche tout ennemis présent à l’écran et détruit les tirs adversaires, tout en faisant plus de dégât que les autres armes. En plus de tout ceci vous avez la trousse à pharmacie qui vous redonnera de l’énergie, des médailles et étoiles qui vous donneront de nombreux points bonus si vous tuez le boss sans perdre de vie (pace que sinon vous les perdrez). Chaque ennemis tués vous donnera 30 points, les médailles 80 et les étoiles 100 tout ceci vous est récapitulé sur un tableau une fois le boss mort. Evidemment en cours de partie vous gagnerez aussi des points directement en tuant ennemis et boss (les 30 points par ennemis ne sont que récapitulés en fin de stage, indiquant surtout le nombre d’ennemis tués).

La réalisation

Graphiquement c’est vraiment beau, pas impressionnant, mais beau. Le design est réussi, c’est très fin (comparé au rapport résolution / taille de l’écran) et surtout joliment coloré. On notera de nombreux détails avec des changement radicaux de décors en cours de stage (merci les 2 sous tableaux par stage), des ennemis réussis et des boss assez plaisant. Ce qui est aussi agréable visuellement c’est la présence d’images intermédiaires entre les stages, avec un ensemble servit par des effets aussi bon visuellement qu’au niveau animation. Celle-ci s’avère parfaitement fluide avec un scrolling horizontal proposant un léger mouvement vertical. Du parallaxe avec un plan supplémentaire est présent, couplé avec parfois des animations sur les 2 plans comme par exemple les flammes de la seconde partie du stage 1, les météorites dans le stage 2 ou la partie avec les blocs de glace dans le cinquième. Les ennemis ont une bonne taille, mais c’est surtout le sprite principal et les boss qui se payent la part du lion. Il y a parfois un nombre assez intéressant de sprites à l’écran, en cumulant ennemis et tirs. Si il n’y a aucunes saccades, il y a par contre régulièrement des ralentissements. Si le gameplay n’en prend pas un coup au passage, c’est le plaisir lui qui sera moins bon.

La bande son propose des musiques assez passe partout et loin d’être ce qu’il y a de mieux sur cette machine. C’est donc plutôt anecdotique, mais c’est heureusement relevé par les bruitages qui sont à la hauteur et profite des possibilités de sons digitaux de la machine.

Entre le visuel, l’animation et les bruitages, la console est bien exploitée et prouve qu’elle peut accueillir des jeux d’actions sans avoir à rougir. Dommage qu’il n’y en ai pas eu plus, la concurrence ayant du bon ça aurait poussé les développeurs à exploiter pleinement la Swan. Par contre les ralentissement semblent être récurant à la machine même si One Piece Grand Battle prouve le contraire (un nombre de sprite géré limité ?).

Le gameplay est impeccable grâce à une prise en main adéquate et rapide. Le jeu s’avère dans son maniement assez précis et instinctif même si certains passages demandent du doigté cela reste parfaitement accessible. La vitesse comparée à la taille des ennemis, leur nombre et les tirs, est parfaitement étudiée on pourra se payer de joli slalom sans prise de tête. La difficulté n’est pas énorme et le jeu n’est pas spécialement long (sans être court). Vous vous amuserez un bon moment avec, les joueurs plus expérimentés moins que les débutants mais sans que cela donne une impression de trop court ou de foutage de gueule.

P.-S.

Au final

Si les 2 premiers stages manquent de challenge et d’originalités, le troisième s’avérera plus intéressant. Mais c’est surtout à partir du quatrième où les choses sérieuses vont commencer, rendant le jeu finalement assez prenant et efficace. Le début à le mérité de nous faire découvrir le système de jeu et sa réalisation tout en douceur, avec une suite plus corsée. L’ensemble s’avère plus que convaincant et devrait ravir les fans du genre, même si on peut lui reprocher d’être trop classique. Si c’est efficace et bien conçu cela manque d’ambition au niveau du système comparé à ce que l’on peut voir en arcade ou sur les consoles de salon récentes. Le jeu me fait penser à Aero Blasters en étant toutefois un bon cran en dessous malgré leur différence d’âge. Autre petit reproche que l’on peut lui faire c’est l’absence d’un mode 2 joueurs au moins en link. Etant donné qu’il y a 2 personnages au choix, il est surprenant que les développeurs n’y ai pas songé. Mais son vrai défaut ce sont les ralentissements qui s’ils ne gâchent pas le gameplay, le jeu restant fluide, gâcheront néanmoins en partie le plaisir de slalomer entre les tirs et ennemis. En résumé je dirais que nous sommes devant un titre convaincant, avec un joli environnement et une bonne réalisation, qui se montrera un compagnon idéal pour votre portable même s’il aurait pu être meilleur.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0