Sokutsu

Le gardien des âmes

Yu Yu Hakusho

Yamishoubu !! Ankoku Bujutsukai

samedi 31 janvier 2004, par Areyos Alektor

Il s’agit à la base d’un manga de Yoshihiro Togashi (Hunter X Hunter, Level E …), disponible en France chez KANA. Le jeu quant à lui on le doit à Banpresto connu pour ses adaptations notamment des licences Bandai comme Sailormoon (irk), Ultraman (re irk) etc … et le au combien célèbre Super Robot Taisen (aaaaah :-) ). D’ailleurs en parlant de Sailor Moon , Yoshihiro Togashi s’est marié en 1998 avec … Naoko Takeuchi (vous suivez ?).

Yu ?

Au départ, un manga qui compte 19 volumes (publié à l’origine dans le magazine Weekly Jump) et qui ne se prend pas du tout au sérieux. On sent très clairement l’inspiration Dragon Ball (donc la première partie de la saga) pour le genre. En fait ce n’est pas le manga, mais plutôt l’auteur qui se lâche (suffit de lire les petites introductions en début de volume pour s’en convaincre). On se retrouve fasse à un enchaînement de délires et de combats musclés au service de notre plus grand plaisir.

Evidemment qui dit manga à succès dit adaptation en dessin animé, qui compte 112 épisodes dont 40 qui ont été édités chez nous (Dynamic Vision). Ainsi qu’une OAV de 27 minutes et un film d’animation de 92 minutes (Tonkam vidéo).

L’histoire de base est simple mais intéressante et promet beaucoup (on ne sera pas déçu d’ailleurs). Elle raconte les aventures d’un jeune voyou (en apparence) se prénommant Yusuke Urameshi. Celui-ci ne pense qu’à défier les autorités et chercher la bagarre (il faut dire que son entourage n’est pas de premier choix), jusqu’au jour où sa vraie nature prend le dessus et qu’il sauve un jeune garçon d’un accident. Seulement voilà, ce n’était pas prévu au programme puisque ce dernier devait s’en sortir indemne. Résultat, il ne peut être envoyé ni en enfer ni au paradis. La décision est donc prise de lui offrir une solution de rechange. Il va pouvoir continuer à vivre, mais en travaillant pour le monde des esprits en tant que détective. S’en suivra tout un tas d’aventure, la formation d’une équipe de héros et une aggravation du délire de la part de l’auteur :->

Je ne préfère pas trop vous en dévoiler, je vais plutôt vous conseiller de faire comme moi : achetez le manga, vous ne le regretterais pas. Surtout que le jeu dont je vous parle actuellement est basé sur le manga (et non pas la série TV comme c’est le cas pour le jeu sur 3DO).

Les personnages

  • Yusuke Urameshi : Le héros, au début il n’est pas ce que l’on peut appeler blanc comme neige. Que se soit son entourage ou son comportement on ne peut pas dire qu’il soit l’élu idéal. Du haut de ses 14 ans il va donc se retrouver fasse à de nombreuses situations qui vont aller de tordues et complexes au début à violentes et réfléchies à la fin de l’histoire (en fait c’est un peu tout ça mélanger, et tout le long ;-) ). On retrouve ici le fil directeur du personnage qui grandi (prend de la maturité, se découvre ainsi que le monde et les personnes qui l’entourent …) en traversant des épreuves qui lui sont inconnues et dont le dénouement est plus qu’imprévisible.
  • Keiko Yukimura : Elle est le complément de Yusuke. Son comportement diverge en apparence alors qu’en réalité elle vient le compléter à merveille. A la fois tendre, sincère, respectueuse et studieuse, elle est l’archétype de la jeune femme parfaite mais aussi le seul point qui permet un équilibre aux relations entre les personnages ainsi que de leurs aventures vis à vis du réel.
  • Kuwabara Kazuma : Apparaissant comme le rival de Yusuke, il s’avérera son meilleur ami mais aussi son meilleur allié. Il s’agit d’un personnage plus complexe qu’il n’y paraît., et se révèlera surprenant à plus d’un égard.
  • Botan : Elle est sensée guider les âmes vers l’au-delà. Mais avec la situation inhabituelle qui s’est présentée avec Yusuke elle devient donc l’intermédiaire entre Yusuke et le prince Koenma, ainsi que de guide et deviendra tout logiquement une des ses amies les plus proche.
  • Kurama : Il est la preuve vivante que quelqu’un peut changer complètement fasse à une situation inextricable. Il était à l’origine un démon voleur et violent du nom de Yohko, qui après un combat avec un chasseur se trouva obligé de prendre possession du corps d’un jeune homme de 16 ans (Shuishui Minamino). Il devint donc les deux personnages à la fois. Seulement de l’inattendu l’attendait …
  • Hieï : Un personnage instable et solitaire, mais aussi très puissant. Il montrera que son amitié même mise à rude épreuve est plus forte que tout quant elle est acquise. L’origine de ses maux vient de son enfance …
  • Genkaï : Ancienne combattante, elle est maintenant un maître puissant et reconnu de tous. Elle deviendra celui de Yusuke en toute logique, après quelques mésaventures. Elle possède elle aussi son lot de surprises.

Le jeu

Ce jeu fait preuve d’originalité, il oscille entre jeu de baston et de tir à la Operation Wolf. Je me rappelle que lors de sa sortie il avait été beaucoup critiquer. Non pas que ce soit un mauvais jeu, mais il était soit disant injouable. Certes les premières minutes on ne comprend pas grand chose au déroulement de l’action, mais après quelques essais et en lisant la notice on finit par s’en sortir.

Le principe est le suivant : une suite de combat, vue à travers les yeux du combattant. Au fur et à mesure le personnage obtient des points qu’il peut repartir entre 3 caractéristiques (HP, TS, SP - symbolisant le nombre de points de vie, la résistance et la vitesse). Pendant le combat le joueur peut se déplacer, frapper, concentrer son énergie et utiliser la technique spéciale (pour Yusuke il s’agit du Reygun par exemple). Le combat est terminé une fois que la barre de vie d’un des combattants arrive à zéro.

Il y a 11 combattants, dont 2 qui apparaissent sous 2 formes différentes. On peut en sélectionner un parmi un choix de cinq (le groupe des héros -Yusuke, Hieï, Kuwabara, Kurama et Genkaï).

Pendant le jeu le mieux est de frapper au moment où l’adversaire s’apprête à faire une action ou lorsqu’il la finit. Utiliser l’attaque spéciale dès le début du combat vous aidera à prendre l’avantage, mais surtout faites la au bon moment car vous ne pouvez l’utiliser qu’un certain nombre de fois. Quand l’adversaire se déplace, laissez appuyer sur le bouton I pour concentrer votre énergie, de façon à lui faire une grosse attaque lorsqu’il va agir et parez les coups en frappant la où apparaissent ses coups. Vous ne pouvez pas le frapper quand il ne fait rien et c’est en partie ce qui rend l’action difficile à suivre vu la vitesse du jeu.

Les déplacements sont à moitié libre, à moitié imposée, puisque se faisant en fonction de votre adversaire. Mais ne vous y trompez pas, il peut vous arriver de le perdre de vue. Un curseur à l’écran vous permet d’indiquer vers quelle direction doit se déplacer votre personnage mais aussi à indiquer où vous voulez frapper.

En haut de l’écran se trouve la barre de vie des combattants, tandis qu’en bas de l’écran vous aurez la tête des deux adversaires. Autour de la tête peut apparaître une aura, différente suivant le personnage choisi, qui vous indiquera si vous êtes bien en train de concentrer votre énergie mais aussi votre ennemi. Au centre vous avez deux indicateurs l’un au-dessus de l’autre. Le premier sert à voir où vous en êtes dans votre concentration d’énergie, pour que l’attaque soit pleinement efficace il faut bien évidemment charger jusqu’au bout. Le second indicateur vous permet de savoir combien il vous reste de super attaque.

Si cela peut vous rassurer, même si vous perdez le match vous sont offert des continues à l’infini.

La réalisation

Graphiquement le jeu est très proche du manga avec de belles couleurs, de nombreux détails et quelques jolis effets. L’ensemble est bien servi par une animation sans faille. Notamment celles des personnages sont superbes et bien dans le ton du DA (un manga ça n’est pas animé donc forcément la référence change …). Le scrolling est d’une fluidité exemplaire et d’une vitesse hallucinante. L’écran de combat remplis environ les 2/3 tiers de l’écran. Les séquences intermédiaires sont sympas mais il est dommage qu’il n’y en est pas plus.

On a le droit à une bonne ambiance sonore surtout grâce au doublage et aux digits vocals d’excellentes qualités. Les musiques son inégales, mais dans l’ensemble elles sont convaincantes.

Le gameplay un peu spécial demande de la patience et de la persévérance pour se montrer sous ses beaux jours. Une fois maîtrisée c’est du tout bon. La difficulté est surtout basée sur la rapidité de l’action. Il faut anticiper et être précis, toutefois l’utilisation d’un stick est préférable à la manette d’origine.

P.-S.

Au final

Le jeu s’adresse surtout aux fans du manga/DA. Les autres peuvent être séduit par son originalité, à condition de ne pas s’arrêter aux premières minutes qui sont plutôt rebutantes. Il est dommage que le jeu ne soit pas compatible avec la souris, vu qu’il s’y prête volontiers. La réalisation ne déçoit pas, et le jeu promet son comptant de plaisir. Toutefois cela reste bien en deçà de ce qu’à fait Bandai avec le Dragon Ball Z : Idainaru Goku Densetsu.

Pour les fans les 2 meilleures adaptations en video game sont certainement le Yu Yu Hakusho : Makyo Toitsusen de Treasure sur Megadrive et le Yu Yu Hakusho de Tomy sur 3DO.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0