Sokutsu

Tatsu

Tenseiryu Saint Dragon

kinzoku

mardi 27 janvier 2004, par Areyos Alektor

Nous revoilà parti pour une conversion, effectué par la même équipe à l’origine des versions PC Engine de P-47 et Takeda Shingen .

Le jeu vous met au main d’un dragon qui part à la recherche de sa mère.

L’arcade à domicile

La PC-ENGINE est considérée comme la reine des jeux de tir, sa réputation n’est plus à faire, on a donc le droit à quelques conversions, certaines réussies d’autre non. Parfois l’originalité et l’ambiance peuvent parfois sauver des jeux de la banalité et du ’non merci’ malgré de nombreux défauts. C’est le cas ici pour cette borne de Jaleco (développé par NMK - Zed Blade/Operation Ragnarok, Argus …) sortie à l’origine en mars 1989.

La PCE est la seule console à avoir bénéficiée d’une conversion, donc pour les autres supports il faudra se tourner vers les micro de l’époque (Sinclair ZX Spectrum, Amstrad CPC, Commodore Amiga …).

Le jeu

L’originalité du jeu tient dans sa maniabilité. En effet ici il s’agit d’un dragon, sa queue peut donc s’enrouler autour de lui et lui servir de bouclier. Les commandes répondent bien et la précision de bon aloi, par contre la difficulté est mal dosée. En effet la plus grande partie des niveaux (qui ne sont pas très long) sont plutôt faciles, mais certains passages et le 3eme boss s’avèrent assez délicats. Surtout que si vous vous faites touchez, vous mourrez en perdant les options. Or il faut parcourir tout le niveau pour avoir l’arme au maximum de sa puissance. Cela donne l’impression que la durée de vie a été augmenté de façon artificielle. Surtout que le boss final est pathétique et vous opposera que peu de résistance. J’en ai bavé (et c’est rien de le dire ^_^) pour dépasser le 3éme tableau, le reste était plus accessible et le dernier boss vaincu dès la première fois, je vous laisse juger par vous même …

Les sprites sont plutôt réussis surtout certains boss et mechas. Par contre les décors manquent d’originalités, malgré tout ils renforcent l’ambiance post-apocalyptique. Seul la fin du sixième tableau avec le dragon mère en fond vient relever le niveau.

L’animation des sprites est de bon niveau, surtout celle des mechas. Aucunes animations dans le décor, pas de parallaxe. On a le droit à un multidirectionnel non libre dans le 5eme tableau. Le scrolling est fluide mais peu rapide, par contre si les sprites se déplacent bien et certains plutôt rapidement, le décor lui avance avec des petits à coups. Mais rien de rédhibitoire puisque cela n’a aucuns impacts sur le jeu lui même.

Les BGM sont sympas avec un genre un peu à part, étrange. Un OST a été édité, si vous en avez l’occasion je vous conseil d’y jeter un coup d’oreille. Le mixage est lui par contre assez mauvais les bruitages prenant le pas sur la musique c’est un peu limite cacophonie. Ces derniers sont bons et variés.

Le jeu propose 4 armes différentes à obtenir par le biais d’options (P - le tir de base - L, B et T), ainsi que 4 items supplémentaires (S pour speed, un pour l’invincibilité, N pour l’arme normal et P pour l’arme spéciale).

Si on compare cette version avec l’original, il y a du bon et du mauvais. Dans l’ensemble il a été bien retranscris mais cela aurait pu être mieux. Au niveau des graphismes je n’ai rien trouvé à redire, c’est très proche de la borne et à moins de voir les 2 versions cote à cote ce n’est guère visible à l’œil nue. Par contre au niveau de l’animation c’est plutôt notable, en effet il y a moins de sprites et le parallaxe a disparu. C’est d’autant plus étrange que la console aurait pu le gérer, et que des clignotements sont présents sur les grands sprites. Les petits à coup du décor étaient déjà présent sur l’original. Au niveau du son si la qualité du rendu est sans reproche, le mixage lui massacre le travail fait sur la borne. Le jeu a aussi perdu du punch au passage, ce qui aurait pu être éviter si le jeu avait été repensé pour la console comme cela a été le cas pour Aero Blasters. Au départ on avait un bon petit jeu au final on a un jeu sympa sans plus. On peut s’en rendre compte dès le premier niveau où une option permet d’être invincible pendant un cours laps de temps. Dans la version PCE elle est sans intérêt alors que sur le borne elle peut vous rendre un bon petit service en vous évitant de perdre une vie.

P.-S.

Au final

Le jeu est loin d’être mauvais, mais un meilleur dosage de la difficulté, une exploitation de la particularité du dragon et un peu plus de punch pendant le jeu aurait pu en faire un hit. Les amateurs de shoot se feront plaisir mais sans plus et resteront quelque peu sur leur faim. Il y a toutefois des passages intéressant comme celui avec les astéroïdes qu’il vous faudra détruire pour dégager le chemin.

J’avais découvert ce jeu à l’intérieur du centre commercial Continent (chaîne appartenant aujourd’hui à Carrefour) d’Ormesson où il était en démonstration, peu de temps après sa sortie. L’ambiance particulière et les panthères cybernétique m’avaient conquis, je n’ai pas du tout regretté son achat même si j’ai ressenti une petite déception après avoir dépassé le 3éme boss. La fin est un poil différente de la version arcade mais comme le veut le genre elle est assez épuré. Le principal étant de le finir, et avec le score le plus élevé possible.

TSD fait parti de ces titres qui gagnent à être joué sur la GT, en effet la technologie et la taille de l’écran étant différentes (la résolution reste la même par contre) le rendu l’est aussi. La lenteur du jeu est ici plus appréciable, le visuel s’avère particulièrement joli (si on aime le genre évidemment) et le déplacement du décor apparaît comme fluide. Et pour ne rien gâcher les sprites sont assez grand ce qui permet une bonne lisibilité de l’ensemble.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0