Sokutsu

Origine

Pac Land

Fantôme

samedi 24 janvier 2004, par Areyos Alektor

Si la dernière mouture vous permet de jouer à plusieurs au titre original, cela lui-ci est plutôt un précurseur.

En effet, c’est enfin finit l’ère des jeux simplistes et ne se passant que dans un seul écran.

Le géniteur

Il y a de cela bien longtemps les jeux de plate-forme n’existait pas (enfin pas sous la forme où nous les connaissons aujourd’hui), et si ça peut vous aider à l’imaginer dites-vous qu’il faut remonter 20 ans en arrière ! C’était en 1983, une boule jaune du nom de Pac-Man (qui a connu ses plus grandes heures de gloire en arcade et sur les consoles de salon Atari en 1980) allait être exploité dans un exercice de style par son géniteur : Namco. Le but en était simple, proposer un nouveau genre en offrant un jeu à scrolling où on pouvait sauter, courir et récupérer des options. Ce nouveau genre a vu par la suite de nombreux titres reprendre le principe à leur sauce comme se fut le cas avec Nintendo et son Super Mario Bros. La borne fut remaniée par Bally/Midway pour le marché américain en 1984 afin de correspondre avec le dessin animé à succès d’Hanna Barbera (The Pac-Man show) et respecter le design et l’animation de ce dernier. Le but est simple, celui de sauver des fées en parcourant le monde de Pac Land, découpé en stage pour l’occasion.

Le DA

Le dessin animé a eu le droit à une saison complète qui s’est étalée entre le 25 septembre 1982 et le 3 septembre 1983, diffusé sur la chaîne de télévision américaine ABC, distribué par Warner et produit par Hanna & Barbera sous la houlette de Namco. Il compte les aventures de Mr Pac et de sa petite famille (sa femme Ms Pac, leur bambin Baby Pac, leur chien Chomp Chomp et leur chat Sour Puss) faisant fasse au méchant pas beau Mezmaron qui veut s’emparer de la source de puissance de Pac Land, leur univers. Les plans machiavélique échoueront à chaque tentative à cause de la grande stupidité dont feront preuve les fantômes lui servant de sbires.

Le jeu

Le jeu a donné lieu à des portages sur la NES en 1985, sur la NEC PC Engine et l’Amstrad CPC en 1989, l’Atari Lynx en 1991 et le Sharp X68000 en 1994. Mais aussi à des conversions sur l’Amiga, l’Atari ST, le Commodore 64 et le ZX Spectrum en 1988/1989.

Le jeu est découpé en 8 trips (qui correspondent à des journées), eux même découpé en 4 parties, à sélectionner dans l’ordre qui vous tentes (seulement pour les 5 premiers). Votre chemin se fera entre votre maison et le pays des fées, une fois arrivé au bout la reine vous donneras des chaussures volantes pour rentrer rapidement chez vous. Pendant votre périple vous aurez à affronter les habituels méchants que sont Blinky, Pinky, Inky et Clyde auquel se rajoute une fantômette nommée Sue qui suis notre héros partout où il va. Elle fera office de coup de pression puisqu’en bas de l’écran des pastilles jaunes, symbolisant le temps, disparaissent petit à petit. Si vous attendez trop Sue cherchera à vous attraper ce qui vous obligera à aller de l’avant. Comme dans le jeu original et dans le dessin animé, en prenant une pastille d’énergie les fantômes auront peur de vous et vous pourrez les engloutir.

Au niveau du gameplay 2 choix vous sont proposés pour le maniement de mister Pac, permettant de retrouver celui de la borne tout en étant à votre aise.

Vous pourrez effectuer plusieurs types de saut, à savoir normaux, plus haut ou plus long en fonction de la façon dont vous vous y prendrez (en marchant, courant, en appuyant plusieurs fois ...). En sautant par-dessus ou sur certains éléments du décor, mais aussi en poussant certains d’entre eux, vous ferez apparaître des fruits ce qui vous fera gagner des points. Les sauts ne servent pas qu’à cela puisque de nombreux piéges et embûches se dresseront en travers de votre chemin (comme dans les Schtroumpfs sur Colecovision, en plus riche) tel que des plates-formes qui s’écroulent, des fossés, des trampolines pour sauter au-dessus de marres...

P.-S.

Au final

Comparé à la borne d’origine il y a quelques remaniements par-ci par-là mais dans l’ensemble c’est du kif kif. Il respecte bien le design et les coloris du dessin animé, mais on sent aussi qu’il date de l’époque des premières consoles 8 bits. C’est pauvre, il y a quand même 2-3 détails qui viennent relever le niveau mais il faut admettre qu’il supporte mal la comparaison fasse à des titres plus récents (PC-KID, Aoi Blink ...). Le scrolling est fluide, mais le décor est statique et il y a peu de sprites à l’écran toutefois leur taille est correcte, et leurs animations très cartoon. On notera là encore quelques petits détails relevant le niveau comme les yeux des fantômes qui partent se régénérer quand ils ont été engloutis, l’effet de passage derrière les arbres ...

Au niveau du son c’est d’une grande pauvreté mais on reste dans la moyenne des jeux de l’époque : le thème et quelques pauvres bruitages. En ce qui concerne le gameplay, Pacman répond correctement à vos demandes, le système de choix de contrôle est sympathique. Quelques difficultés à cause de la prise en main, mais les continus infinis et la possibilité de reprendre à la dernière étape viennent gommer ses défauts.

Ce jeu est passé de mode à tout point de vue. Néanmoins il n’est pas mauvais et une fois en main on pend du plaisir à finir le jeu avec son ambiance bien sympathique et le respect du DA. La durée de vie est assez bonne, et finalement il ne faut pas oublier qu’il est l’initiateur d’une évolution qui à transcendé les jeux de plate-forme. Il est à conseiller aux collectionneurs et autres nostalgiques, en gardant à l’esprit que l’essayer ne vous ferez pas de mal et qui sait, peut être que vous succomberiez à la tentation d’aller au bout. En ce me concerne j’ai découvert ce titre avec la PC-Engine puisque c’était le jeu fourni avec, je ne m’en suis pas séparé car j’ai passé de très bon moment avec, le traverser de fond en comble à était un vrai plaisir.

Il est à noter que le jeu passe parfaitement avec la GT, et que cela lui redonne même un petit de jeune.

1 Message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0