Sokutsu
Accueil du site > RPG > Sega GaGa > Sega GaGa

Segagaga for ever !!!!

Sega GaGa

La fin d’une ére

mardi 3 décembre 2002, par Areyos Alektor

Venez réviser votre cours d’histoire, et pas n’importe laquelle comme histoire : celle de Sega !

Jeu d’un nouveau genre (ou plutôt mélangeant 2 styles bien distinct pour la première fois) et offrant la possibilité de passer de l’autre coté du miroir, ils vous en fera voir de toutes les couleurs. Difficile, étonnant, délirant, passionnant mais s’adressant en particulier aux fans de la firme à l’hérisson bleu qui pourront retrouvé la totalité de leur univers de jeu dans une production sans faille. Une belle présentation de l’histoire de la société ainsi que de ses employés et réalisations.

L’histoire :

La torpeur dans laquelle l’industrie du jeu est entrée, continue. Ce trouvant en plein dedans, Sega qui ne peut parvenir à conquérir le marché, décide de mettre son avenir entre les mains d’un jeune garçon ! D’où le nom du projet strictement confidentiel « SEGA GAGA ». Ainsi le contrôle total de Sega vous est donné pour superviser le développement d’un super hit, un jeu qui devra permettre la conquête du marché du jeu en trois ans comme initialement prévus. Est ce que cela pourra être concrétisé ? A vous d’y arriver et vous laissez prendre par la frénésie de l’industrie du jeu.

En approchant de la fin d’année gagnez la guerre commerciale ! En effet les nouveaux produits de la compagnie rivale vont apparaître en s’enchaînant l’un après l’autre ! Et puis, quel est le but de la jeune et jolie fille qui s’avère être l’autre personne choisie ?

Partant de là, le monde de la grande entreprise voit donc le rideau s’ouvrir sur vous, et vous mettra face à Dogma la grande rivale de Sega.

Les personnages :

Taro Agé de 15 ans et premier à la grande école des fanas de jeux, il est LE fan de jeux et à été sélectionné au niveau mondial par TERA-DRIVES pour devenir le grand messie de Sega. Né dans la ville de Kurashiki, préfecture de l’Okayama, il est consciencieux et croit en tous ceux qui ont le cœur pur. Son jeu favori est Alex Kidd.

Yayoi Aussi choisie pour le projet « SEGA GAGA », elle est mignonne et mystérieuse. En effet on ne connaît ni son âge, même si on l’estime comme étant le même que Taro, ni d’où elle vient. Son niveau intellectuel et sa résistance physique sont plus élevés que ceux de Taro. Elle vous apportera de l’aide, voir vous accompagneras. Son jeu préféré est Power Strike 2 (Overseas Edition - non commercialisé)

Alisa Secrétaire privé des 2 héros faisant parti du projet « SEGA GAGA », elle donne de nombreuses informations et conseils. Belle et compétente, toujours aimable, elle a fait de sa vie une carrière exemplaire.

Hito Il est le dirigeant de Sega en 2025, riche intellectuellement et ayant obtenu la confiance du personnel il va tout faire pour la réussite du projet « SEGA GAGA ».

Description :

Le lieu où se déroule SEGA GAGA se trouve à Tokyo, le quartier Otaku d’Haneda, pendant l’année 2025. La maison mère de Sega y est établie depuis 1951, et a été maintes fois détruite pour être reconstruite jusqu’à la forme obtenue en 2025 (Découpé en plusieurs blocs). C’est le symbole de Sega, issue du 21éme siècle.

L’année 2001, a été l’année des miracles où le déploiement de la Dreamcast à travers le monde s’est fait à grande vitesse. Et pour ce faire, dans les usines, ont été fabriquées 10 000 000 Dreamcasts. 512 mètres de haut, pour 128 étages en surface et 16 en sous-sol, s’est avéré être nécessaires pour cette tour, de façon à permettre la production de jeu dans de bonnes conditions, le tout protégé par un mur antimissile. A signaler que tout est contrôler par l’ordinateur à super intelligence artificielle, le TERA-DRIVE.

Le jeu :

Le jeu démarre sur une page vous demandant de rentrer le nom des 2 héros (Taro et Yayoi - avec la possibilité d’utiliser l’alphabet occidental), s’en suis l’entretient avec Hiro vous expliquant le projet « SEGA GAGA », pour finir avec une visite guidée de la tour par Alisa.

Sur l’écran principale un menu vous proposes d’aller à la salle de réunion (En haut), à la galerie (Au milieu), au service de développement (A droite), au magasin (En bas à gauche).

Si vous choisissez le service de développement vous vous retrouverez dans la partie RPG du jeu, qui vous permettra de sélectionner l’équipe qui réalisera le super hit. Pour ce faire vous devrez combattre des montres qui sont en fait les employés et accéder aux salles de travail. Une fois l’équipe suffisante vous accèderez à la partie gestion. Les combats sont en tour par tour et en un contre un. Vous pourrez attaquer, fuir, utiliser des items ou la magie. Ces combats vous permettront de devenir plus fort, mais aussi d’accéder aux quiz (si on vous le propose) qui montreront si vous êtes digne de Sega ou pas et donc de recruter l’employé que vous avez affronté. Les quizz représentent en fait les négociations. Bien évidemment comme tout RPG qui se respecte vous aurez des boss à vaincre et des quêtes à remplir (déphasé, décalé et complètement dingue !).

Le service de développement de logiciel s’occupe de produire des GD. Dans la partie développement de jeux vous avez 3 pourcentages, le premier indique à quel point est fini le jeu, le second la qualité du jeu et le dernier les fonds utilisés. Une fois le jeu finit vous pourrez le commercialiser, le but étant de faire les meilleures ventes possibles. Vous serais questionné par le chef de projet, ce qui aura une incidence sur le jeu lui même, et vous superviserais les développements. De même il faudra entretenir le moral de l’équipe en satisfaisant leurs besoins, et en optant pour la meilleure gestion de personnel possible. Cela représente la suite logique d’un développement, il faudra faire face à toutes les complications que rencontrera l’équipe. Cette section, qui se divise en trois parties : gestion du projet, design et programmation, est strictement confidentielle. Développant jour et nuit LE titre de folie, elle est fermée à tous et ne peut être accédée que par une entrée.

Si vous choisissez le magasin, vous pourrez y acheter des items utiles pour avancer dans le jeu, pour les combats, et pour remonter le moral des employés.

Quand à la galerie, elle vous permet de voir la fiche des personnages rencontrés, des items découverts ou achetés, des informations recueillies, des images débloquées ainsi que les vidéos. Le jeu est parsemé de mini-game d’une excellente conception.

A l’écran principal vous pourrez aussi accéder aux statiques qui permettent de voir l’évolution du marché, et donc de voir si vous vous approchez des 100% de possession du marché. Si le budget atteint zéro, vous aurez perdu. Pour gagner il faut obtenir 100% du marché.

La réalisation :

Une belle exploitation des capacités de la console, avec des vidéos mélangeant vidéos réelles et dessins animés, des graphismes 2D et 3D proposant un rendu harmonieux. Le tout dans un style où la raison n’est pas de mise. Il n’y a qu’à regarder la partie RPG pour s’en convaincre : décor en 3D simpliste au niveau maillage, avec des textures très fines et riches en détails. Les personnages eux sont plat, avec une finesse digne d’une 2D de très bonne facture. C’est beau, fun à regarder, sans jamais tombé dans l’excès ou le tape à l’œil (le charme du oldschool a su être conservé).

Vidéo, 2D, 3D, on s’aperçoit que tout les types de réalisation sont présentes et ce toujours avec brio. Les vidéos sont fluides et parfaitement animée, la 3D simpliste en apparence s’avère en fait riche et surprenante, et la 2D digne des meilleurs Digital Comic. Le jeu se montre au final très vivant et dynamique.

Le système de jeu est complet quelque soit la partie dans laquelle on se trouve, on est donc en fasse d’un nombre de possibilités conséquentes et une très grande richesse. Mais cela rend aussi le jeu plutôt complexe, rattrapé par une interface bien pensée et le fait que l’on est guidé. Le challenge sera tout de fois loin d’être aisé, et la globalité du riche contenu du jeu ne se dévoilera pas au premier abord. De plus le japonais sera véritablement une barrière au vu de toutes les informations à connaître et qui vous seront donné pour avancer, et ce même pour quelqu’un qui parle la langue (cela reste faisable, mais pour beaucoup se sera moyennant de l’aide).

Le thème est excellent, les différentes musiques collent parfaitement à l’ambiance délirante du jeu et se trouvent couplées avec des bruitages de qualité. On retrouve des extraits de jeux Sega, et un doublage digne d’un DA. Une véritable perle et les albums sont indispensables à plus d’un point.

P.-S.

Au final :

Le jeu permet de se rendre compte à quel point l’industrie du jeu vidéo est en guerre perpétuel. Une guerre « violente », complexe, où les journées semblent courtes et longues à la fois et ce dans le délire total qui caractérise l’ambiance de ce titre. Il ne m’est pas possible de tout raconter tellement le jeu est complet et riche, bourré de détails et de clins d’œil. On va de surprise en surprise, sans jamais se lasser, et pour ne rien gâcher que se soit la partie simulation/dev ou RPG, elles n’ont quasiment rien à envier aux meilleurs titres du genre.

Une réussite sur toute la ligne, qui donne au final un jeu plus indispensable que Sakura Wars et me rappelant Tengai Makyo 2 - Manjimaru sur bien des points : réalisation impeccable pour un style à part, richesse allié au délire permanent, intérêt au summum pour les fans.

Certains trouveront ma note abusive mais elle ne l’est pas, car c’est tout l’un ou tout l’autre : à savoir soit vous êtes fan de Sega et ce jeu s’avère indispensable, soit vous ne l’êtes pas et dans ce cas passez vôtre chemin en y jetant tout de même un coup d’œil pour voir ce qu’est un beau cadeau d’une boite à son public.

Alors n’oubliez pas, l’avenir de Sega est entre vos mains !!!

En cadeau le modéle en papier de la DC :

Version PC

Version MAC

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0