Sokutsu
Accueil du site > Autres > Accessoires > Slime Controller > Dragon Quest Slime Controller

Kawaï

Dragon Quest Slime Controller

La manette de l’étrange

vendredi 14 janvier 2005, par Areyos Alektor

Quelle idée étrange que celle-ci, une manette en forme de Slime ! Si cela peut sembler saugrenu de prime abord, il s’avère dans la pratique que non seulement c’est plutôt joli à regarder mais surtout qu’elle est d’une excellente conception. Comme nous a si bien habitué Hori, une idée originale et à moindre frais n’empêche pas d’acquérir un accessoire efficace.

Qui peut le plus peut le moins, sa compatibilité avec le DUALSHOCK 2 lui permet donc d’être connecté aussi bien avec une Playstation 2 qu’une Playstation/PS One. Dans la pratique le comportement est identique à celui de la manette d’origine de Sony, il n’y a aucunes mauvaises surprises ici. Vous pourrez vous en servir aussi bien avec la compatibilité PS1 de la console que sur les anciens modèles si vous ne possédez pas de PS2.

Si la forme de la manette est facilement identifiable, et que son design est d’une évidence née, on se posera surtout la question de la qualité de prise en main. En effet, vu sa forme, il est difficile d’appréhender les sensations procurées par l’engin sans l’avoir en main. Entre la position des mains, des boutons, la taille ou l’efficacité de l’ensemble, de nombreuses interrogations vont naître d’un tel concept. La réponse à tous ses doutes se trouvera d’elle même dès la première utilisation : l’ensemble respire le bien être et la solidité. Peut être trop pour cette dernière diront certains, car si elle s’avère robuste elle pourra aussi se montrer trop raide pour de nombreux joueurs. C’est peut être le seul défaut que l’on pourra lui reprocher (la croix essentiellement), mais étant donné qu’il s’agit avant tout d’une histoire de goût on ne lui en tiendra pas rigueur car cela ne dérange pas outre mesure. Ca se montrera plus gênant avec un stick arcade si on est fan de souplesse, car c’est rapidement fatiguant.

Le PVC utilisé est de type antichoc, tel que l’on peut le retrouver sur certains lecteurs MP3 par exemple. C’est un type assez particulier qui donne une impression de souplesse alors qu’il n’en est rien. C’est très agréable au touché, et la prise en main s’en ressent car il est aussi antidérapant. Du coté de la matière utilisée et du moulage, vous l’avez compris il n’y a rien à redire. C’est moins le cas pour le support, et pour le câble (d’une longueur de 1m80, donc amplement suffisante, et détachable), mais vu leur peu d’importance dans la prise en main on peut comprendre qu’ils aient cherché à faire des économies de ce coté là. D’ailleurs ne vous y trompez pas, le support n’est pas là que pour faire beau dans une vitrine, il a aussi son utilité : celle de pouvoir poser la manette (aussi bien vers le haut que vers le bas) lorsque par exemple vous faites une pause, vous changez de jeux, etc...

La position des boutons semble parfaitement étudiée, tant ils tombent parfaitement sous les doigts. La taille des mains y est aussi pour beaucoup. Donc comme à l’accoutumée avec les accessoires de jeux, et ce quelque soit leur qualité, c’est un critère propre à l’utilisateur. Mais force est de constater que rien n’a été fait au hasard, il s’agit bien d’une véritable étude et non pas de l’utilisation abusive d’une licence connue.

Si comme je l’ai dit peu avant, la croix ne plaira pas à tout le monde, le reste correspond à ce que l’on peut en attendre. Il est à noter que le repositionnement des sticks analogique est plus nerveux que sur les manettes de Sony, c’est un plus fort agréable lorsqu’il est nécessaire de recentrer en pleine action ou pour ressentir la course du stick.

En ce qui me concerne j’ai une préférence pour celle-ci par rapport à la manette d’origine, que se soit pour sa prise en main que la présence d’une véritable croix multidirectionnelle. Je n’arrive pas à me faire à ce système de 4 boutons en guise de touche de direction, que se soit sur les consoles de Sony que les portables de Bandai. Mais dans le cas des Swans, cela me gène moins car elle n’est pas du tout orienté vers les jeux d’action. De plus l’idée était de permettre aussi bien de jouer en horizontal que vertical. Pour en revenir au Slime Controller, non seulement j’en suis pleinement satisfait mais qui plus est c’est devenu ma manette de prédilection sur les consoles de la gamme Playstation de salon.

HORI :

Constituée de 145 employés, cette société japonaise fondée en 1970 s’est taillé une réputation de maître en matière de périphérique de jeux au coté de sociétés prestigieuses comme ASCII ou SAMMY. Il est à noter qu’ils ont une filiale américaine - HORI (USA) -, une autre basée à Hong Kong, ainsi que la société Eulogic et qu’ils ont de nombreux partenaires comme Nintendo, Sony ... Parmi leurs créations on citera les sticks officiels de jeux comme Virtua Fighter IV, Soul Calibur II ou DOA 3. S’il s’agit de périphériques classiques, on notera parmi les plus originaux le pupitre de commande pour les Super Robot Taisen (sous licence Banpresto) ou le contrôleur de type pachi-slot pour les titres de chez Yamasa (les 2 pour les PS1 et 2). Plus récemment on notera le UPSCAN CONVERTER 2, un VGA Box universel ou prochainement le ZERO TECH 2, un concept de manette basée sur les télécommandes de modèles réduits pour remplacer les volants. Pour la manette qui nous intéresse, HORI se sert de la licence Dragon Quest à point nommé puisque cette manette a été commercialisée en même temps que le 8eme opus de la série.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0